Un Pèlerin à Aubel

Dernières nouvelles…

4-1-2020 :  Bruno et moi (Roger) nettoyons le nid et la corniche :  tout est à nouveau propre et prêt à accueillir une nouvelle couvaison.  Un couple a été observé à plusieurs reprises déjà, nous misons donc fort sur sur une nichée 2020.   Nous avons aussi fixé plus bas et rapproché la caméra du nid.  Notez que la ponte ne commencera pas de suite… patience donc… pff

9-1-2020 : Fabien de l’Office du Tourisme rétablit la communication de la caméra avec le réseau informatique de la commune.  Les images de la caméra sont à nouveau visibles sur ce site.

7 fév 2020  8h30. Mme Pèlerin visite le nid et semble inspecter les branches apportées par les choucas.











‍                                                                                Bague métal patte droite.     Bague blanche  à la gauche


15-1 à 10h22 :  Ils commencent à dégager des branches…. Le premier à observer un oeuf sera déclaré parrain du plus âgé des rejetons…

Jeudi 12 mars : ponte d’un premier oeuf tout brun : Fabien ou Fabienne… l’office du tourisme offrira les dragées !!

Samedi 14 : Et de deux! Le mâle est aux petits soins de sa compagne.  Elle a commencé à couver dès le premier oeuf : Georgy ou Georgia

Lundi 16 :  Et de trois oeufs.  Bientôt 4 ?  

Jeudi 19 :  Il est pondu ce 4e.  Cette nuit, elle l’a pondu puis laissé refroidir quelques temps avant de les rassembler tous sous elle.  Comme elle a commencé à couver dès la ponte du premier oeuf, les oisillons naîtront donc l’un après l’autre et une différence de taille sera visible dans les premières semaines.  Pâques les verra s’éclore…. A la suggestion de Georges, le 3e poussin devra se nommer Rodjer ou Radja.

Suis fier comme un paon …. Ce sera le plus beau, vous verrez… ;°)).  Jean-Paul propose qu’on mette le 4e parrainage aux enchères.  Alors, le premier qui m’enverra un mail à ce sujet sera nommé parrain !

Et voilà, le 4e oeuf se nommera Benadette ou Bernardin.  Vous pouvez quand même continuer à envoyer des mails  sur le forum… un peu de bonne humeur met de la lumière dans la grisaille des nouvelles. 

Bagué, le mâle serait originaire d’Allemagne. Il a été bagué à Dormagen en Allemagne (une centaine de km d’Aubel) apparement sur une usine Bayer en mai 2015. Ils étaient deux dans le nid. (NDLR :  pour moi il n’a pas supporté le fait que  Bayer rachète Monsanto…

Naissance de Fabien-ne le 18 avril dans l’après-midi.  Ouf, on commençait à impatienter…

19 avril :  nous comptons déjà 3 jeunes dans le nid.  Le second né se nomme Georgia ou Georgy.

Le 3e, le plus beau, le plus fort, se nomme de ce fait Rodjer ou Radja. Hein qu’il est mignon mon filleul,  mignonne ma filleule…

Certains pensent que le fait que la femelle aie commencé à couver  le premier oeuf avec un peu de retard, expliquerait cette proximité des éclosions…. Possible… l’important est qu’ils soient bien portants. Bien nourris, ils le sont en tout cas, mâle et femelle leur décortiquent de jolis morceaux d’oiseaux.  

Le 4e oeuf, Bernard ou Bernadette éclos le 22 avril.  4 jours le sépare de son ainé(e), c’est très peu.  Si les parents seront en mesure de les nourrir fort, ce dernier pourrait survivre également.

4 mai : Les 4 jeunes, très bien nourris, se portent exceptionnellement bien.  Nous envisageons de les baguer plus tôt que prévu.ccLes plumes sur le nid sont celles de proies (oiseaux) que les parents apportent très généreusement à leurs petits.  Les périodes de mue des parents sont en été (juillet) et en automne (Nov-Déc).

La profusion de proies et l’ardeur des père et mère à nourrir explique l’a taille et embonpoint impressionnant des jeunes. Même le plus jeune semble en grande forme cette année.

5 mai :  Hugues D procède au baguage des jeunes.  A cette occasion, ils seront pesés et mesurés avant de leur enfiler une bague officielle issue de l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique.  

Voici le tableau des résultats relevés : 

Il était temps que les fauconneaux soient bagués : l’excellence des soins que leur donnent leur parents en font des poussins bien en chair.  

7 mai : Hier il manque un jeune à l’appel !  Voici ce qu’en pense Hugues :  

« En effet en les replaçant hier (5-5), il y avait un plus « nerveux » que les autres mais ils étaient tous les 4 dans le nid, ça n’empêcherait pas , vraisemblablement le mâle d’aller faire un tour du propriétaire et se planquer dans un autre coin de la tour.   On a déjà vécu ce genre de situation où le jeune va se planquer plus loin et est soigné par le second parent.  Restons confiant, il va ré apparaître. »

Ce pourrait donc être Rodger le fugueur !!  Pfff… 

Les parents, revenus immédiatement au nid, continuent de nourrir très intensivement.  Nous avons trouvé plusieurs cadavres d’étourneaux dépecés et avons vu le mâle apporter un pigeon (non bagué, donc de ville…).  Les jeunes profitent vraiment à vue d’oeil.  

8 mai : Les trois jeunes visibles sur le nid ce matin sont vraiment bien nourris.  L’un après l’autre, ils ont sauté bas du nid et sont pour l’instant derrière la caisse - nichoir, hors de la vue du nid.  C’est un peu dommage pour nous et nos possibilités d’observation mais le principal est qu’ils puissent être blottis bien au chaud et en bonne forme, bien alimentés… tout cela semble être le cas.                                    Reportage de VEDIA (Mme Anne-Françoise Biet) 

13 mai :  les fauconneaux semblent être partis sur une autre face de la tour, momentanément hors de portée de notre caméra…  les sacripants !

19 mai : 3 fauconneaux sont  réapparus près du nid qui les a vus naître.  Ils semblent en grande forme, leur duvet blanc-gris disparaît sous leurs rémiges (plumes des ailes - ramer) et leurs rectrices (plumes de la queue - diriger).  Espérons qu’ils ne tenteront pas trop tôt de voler…

Juin :     Dèjà 2 fauconneaux ont été récupérés au bas du clocher et remis dans la corniche.  Par maladresse ou intrépidité, ils ont quitté leur clocher et rompu leur confinement.

Notre webcam capture désormais de moins de moins d'images de nos petits amis.

Heureusement, nous pouvons remonter les12 dernières heures d'enregistrement et apercevoir parfois la présence d'un jeune ou de parents.

Ne croyez pas que les fauconneaux ont déjà disparu et filé vers leur indépendance, ça prendra encore quelques semaines (voir 2 mois).

Souvenez-vous en 2018,  lors de la première nidification réussie, les 3 jeunes ont été vus pendant de longues semaines, souvent bien cachés sur les rebords de la toiture du clocher ou même de la nef de l'église, pas toujours faciles à voir…

Les parents vont encore les nourrir quelque temps, d'abord leur apprendre à dépecer (en amenant des proies entières, ça on y est déjà !).

Puis ils leur apprendront à chasser :  Pour commencer ils ne plus leur déposeront plus les proies, mais les inciteront à venir les quémander en vol, scènes généralement bruyantes, vous ne les louperez pas. Les adultes vont alors lâcher la proie que le juvénile attrapera en vol. Puis viendra l'apprentissage de la capture d'oiseaux vivants...  

Voler par tous temps, dépecer, saisir, chasser en vol et j’en passe… voilà ce qu’ils doivent apprendre en quelques mois. L’automne venu ils doivent en savoir des choses pour vivre, survivre au premier hiver !!

Tout ça est bien plus difficile à observer et pas possible via la webcam évidemment. Il faut se poster au pied de l'église avec des jumelles…  


La vie est fragile et sans pitié, pour les Pèlerins comme pour les autres espèces vivantes, animales et végétales.  Nous émettons le voeu que cette observation d’une nichée d’une espèce nous inspire respect et protection qu’en tant que grand frère le plus intelligent de la création nous devons aux espèces animales et paysages que nous partageons avec eux.  


Merci à la Commune d’Aubel, merci à vous qui avez suivi très nombreux les péripéties de nos fauconneaux 2020.  Bonne continuation.


Enfin, soutenez Natagora Pays de Herve en devenant membre.

réalisé à l’initiative du GT FAUCON de Natagora Pays de Herve avec le soutien de la Commune d’Aubel